La communication par écran dans les environnements médicaux améliore l'efficacité, la prévention et réduit le stress

Posté par bruno.hancke@thisplays2.com

08 février 2021

La communication par écran n’est pas un “rocket science”, depuis des décennies nous voyons des écrans dans les hôpitaux.

Souvent, ils ne vont que très peu au-delà de quelques messages opérationnels ou sont utilisés pour montrer le chemin aux gens. Mais l’utilisation correcte des écrans peut également aider à réduire le stress des patients, ainsi faciliter les conversations avec les médecins, les spécialistes et le personnel infirmier, et peut même servir à la prévention.

  1. Moins de stress

Les patients et les visiteurs assis dans la salle d’attente sont toujours plus ou moins stressés. Vous êtes toujours curieux d’une première conversation ou un suivi de résultats. Un écran peut montrer comment le cabinet ou la division fonctionne. Comment la diagnose est faite, quels sont les traitements possibles et à quoi peut ressembler le suivi. Les médecins peuvent s’exprimer dans un petit entretien. Cet entretien est sous-titré, afin que les patients en attente dans la salle d’attente puissent suivre. Idéalement, les visiteurs pourraient voir leur médecin traitant sur l’écran, mais une animation peut également afficher cette information. Si les hôpitaux ou les cabinets médicaux permettent à leurs patients d’arriver un peu plus tôt, ils peuvent voir toutes ces images en toute tranquillité. Si les images sont prévues  d’une musique calme et relaxante, le cerveau du spectateur peut encore mieux absorber l’information.

2.            Des conversations plus efficaces

Les médecins ne savent que trop bien que toutes les informations qui sont discutées ne sont pas entièrement reçues par le patient au cours d’une conversation. Ce n’est pas parce que le patient hoche la tête qu’il a tout compris.

Mais les petits vidéos dans la salle d’attente garantissent que l’information est déjà enregistrée dans le cerveau. Il posera même des questions de manière proactive, ce qui rendra la conversation plus efficace pour le médecin. De plus, dans de nombreuses conversations, les médecins doivent repartir de zéro et tout expliquer. Ils constatent qu’avec les patients qui ont déjà regardé les écrans, les conversations se déroulent plus facilement.

3.            Prévention

Dans les cabinets et les services médicaux, les spécialistes et les médecins ne veulent rien d’autre que faire de la prévention. En fournissant des vidéos à l’écran avec un aperçu des pathologies ou des traitements, nous constatons que les clients et les patients vont plus facilement s’y référer en salle de consultation. Par exemple, le patient qui va chez le dermatologue pour une petite verrue, mais qui constate que le traitement d’une tache de vieillesse n’est pas du tout si invasif. Ou comment se protéger correctement contre le soleil et comment détecter le cancer de la peau. Certains patients qui ont vu ces films d’information en parleront à leur médecin ou spécialiste. Les examens complémentaires conduisent à des traitements supplémentaires et donc à une gestion préventive. 

Bruno Hancké

Managing director ThisPlays2